Le hiving, tout un art de vivre

Le hiving, quésako ? Le hiving ou ruchonnage, c’est un état d’esprit, un phénomène de société, un art de vivre. Un concept qui prône l’ouverture de son intérieur sur l’extérieur, une ouverture au monde mais de chez soi. Le logement hiving est un univers branché, propice à la communication, aux échanges, qui aime la domotique et […]

Le hiving, quésako ?

Le hiving ou ruchonnage, c’est un état d’esprit, un phénomène de société, un art de vivre. Un concept qui prône l’ouverture de son intérieur sur l’extérieur, une ouverture au monde mais de chez soi. Le logement hiving est un univers branché, propice à la communication, aux échanges, qui aime la domotique et les objets connectés. Contraction de hive (ruche en anglais) et de cocooning, la tendance hiving est apparue après le 11-Septembre. Après l’ouverture des années 60 et 70, on a ressenti, dans les années 80, un besoin de cocooning.  Les intérieurs ont gagné en confort, se sont aménagés autour de la télé. L’heure était alors à l’indépendance. Chacun chez soi. La ruche s’est ensuite ouverte peu à peu au monde, aux amis. Depuis quelques années, on se recentre sur elle, sur son foyer, tout en restant accessible aux autres.

Vu sur : MarieclairemaisonVerocotrel – Lanoemarion  – Côtémaison

La maison hiving, une maison décloisonnée

Le hiving, ce sont des pièces de vie décloisonnées, de grands espaces de vie commune. La cuisine ouverte, tendance depuis quelques années déjà, est la parfaite illustration de ce principe. L’ilôt central, le QG où on se retrouve pour partager un apéro, où on prépare le repas à quatre, une belle représentation. Si vous voulez une simulation dans votre intérieur, un aménagement virtuel personnalisé, vous pouvez faire appel à nos services.

Le hiving est synonyme de réunions Tupperware, de soirées vide-dressing entre copines (ou champagne, ou les deux). Dans l’intérieur hiving, on bourdonne d’activités, chacun pour soi mais tous ensemble. On joue collectif. On va, on vient. Les enfants jouent à la console pendant que Papa prépare le diner et que Maman travaille.

Pour autant qu’elle soit décloisonnée, on peut équiper la pièce de vie de cloisons mobiles, prévoir un paravent par exemple, pour isoler le coin bureau (forcément dans le salon) quand on a besoin de calme pour boucler un dossier important. C’est même un de ses traits de caractère. L’intérieur dont la tendance est au hiving est évolutif, modulable, souple.

Vu sur : CôtémaisonHouzzFacilisimoInstagram

Confort et mélange des genres

La décoration hiving n’impose aucune règle si ce n’est l’ouverture et le confort avec un grand C. Entre le hygge et le hiving, il n’y a pas à choisir. Cet intérieur, qui doit être gai, haut en couleurs, doit compter un très très grand canapé, des poufs, des tapis douillets, des coussins sur lesquels se poser tranquillement en famille ou entre amis. Le mélange des genres est plus qu’approuvé. Un sofa design peut tout à fait être assorti à une table scandinave sur laquelle on peut poser un vase jungle.  L’intérieur hiving, cosy, doit correspondre à l’esprit du foyer. Il peut prendre des allures bohème chic aussi, qui correspond très bien à son tempérament. À chacun de doser selon ses goûts. Nos décorateurs peuvent vous aider à faire des choix si vous êtes en manque d’idées.

L’intérieur hiving est ouvert sur l’extérieur au propre comme au figuré. Les ouvertures doivent être extra larges et nombreuses. La lumière doit largement entrer, la végétation doit aussi être présente. La véranda est également une option très hive !

Vu sur : Côtémaison – ELLEArchzineInstagram

 

quizz rhinov

Couverture : inspirationcuisine